Qui veut savoir ce qui se passe dans ma tête quand je compte ? (dyscalculie)

Parauretourdelecole

Qui veut savoir ce qui se passe dans ma tête quand je compte ? (dyscalculie)

Je suis très fière de ce dessin, car il résume bien ce qui se passe dans ma tête lorsque je dois calculer. Chez nous, nous connaissons bien les troubles DYS. Mon point fort c’est la dyscalculie. C’est un trouble de l’apprentissage lié aux nombres et aux calculs. Je vous fais voyager aujourd’hui au centre de mon cerveau. Bien entendu, toutes les personnes ayant ce trouble ne fonctionnent pas comme moi. Juste je vous explique ma situation ! On y va ? C’est parti !

Le calvaire des tables de multiplication

Je les ai écrites, récitées, ma mère les avait même enregistrées sous cassette pour que je puisse les écouter. Un calvaire, j’ai mis des années à les intégrer. Pourquoi ? Et bien déjà, c’était trop abstrait. Je l’ai compris avec ma formation Montessori. Si j’avais pu confectionner des tas de perles ou si on m’avait fait compter avec des feuilles petits carreaux, j’aurai sans doute mieux compris ce qu’elles représentaient.

De plus, pour moi, les tables sont une sorte de musique. D’ailleurs je retenais mieux celles qui rimaient telles que « 5*5 = 25 » ou « 6*4 = 24 ».  Toujours avec le son et le rythme, je les ai apprises dans un certain ordre. Exemple : 4*8 = 32 mais 8*4 ? Désolé je ne connais pas ! Parce-que j’ai appris avec le plus petit chiffre devant. Cela veut dire que je connais ma table de 4 mais pas celle de 8 ! Sauf 8*9 ! Vous me suivez ?

Calcul mental, les chiffres et les nombres s’effacent

C’est exactement ce qu’il y a sur le dessin. Place aux difficultés de l’addition ! Mon cerveau ne retient pas les chiffres. Je les vois dans me tête mais ils s’effacent trop vite. Si je mets de l’énergie à les garder en mémoire, je ne peux pas calculer. Si je commence à calculer, la mise en mémoire s’estompe. Aucune de ces tâches n’est automatisée, je dois me concentrer sur chacune d’entre elles. Autant que je note avec un stylo ! Mais là encore ce n’est pas gagné !

Quand tu penses 13013 et que tu écris 13130 !

Ne me confiez pas la tâche d’entrer une adresse dans un GPS si je ne suis pas 100% concentrée. C’était il y a 2 mois ! Inversion dans le code postal. Que j’écrive ou que je tape sur une calculatrice ou un GPS les chiffres n’en font qu’à leur tête. Je peux dire 13013, le voir dans ma tête dans le bon ordre et là bim je l’écris mal…mais je le visualise correctement. Je vous dis que j’ai rentré 13013 et je ne vois pas le 13130 ! Alors la relecture ne me sert à rien si je n’ai pas le temps nécessaire pour la faire. Autant vous dire que pour les fractions et autres problèmes en math j’avais les points pour le raisonnement, rarement pour le résultat.

Dans ma vie professionnelle, j’ai travaillé pour un grand groupe de téléphonie. On commandait des téléphones pour les revendeurs de la région. J’ai fait des factures de 90 65o€ au lieu 9 650€ par exemple ! Le service comptable s’est plusieurs fois arraché les cheveux !

Avec les enfants c’est compliqué aussi. Un soir, je devais recopier un exercice pour mon fils qui avait oublié sa feuille. Sa copine avait déjà rempli les cases. Il fallait ranger, du plus petit au plus grand, des nombre comme 606, 660, 888… A la fin, on devait trouver le mot « friandises » si tout était dans le bon ordre. Bon et bien il ne l’a jamais trouvé ! C’est lui, en comparant la feuille qui m’a dit « Mais maman, tu as recopié n’importe quoi !!! ». Youps ! désolé…

Arnaque moi si tu peux

Et oui tu peux ! Comme j’ai du mal à compter, et encore plus sous stress, je ne donne jamais l’appoint quand je fais les courses. Je commence toujours pas casser un billet. Puis je donne les plus grosses pièces (les hôpitaux sont construits grâce à toutes mes pièces jaunes !!!) Et c’est là que je me fais avoir. Car, lorsque je donne un billet, et que l’on me rend des pièces, non seulement je suis incapable de savoir combien on doit me rendre, mais en plus je ne peux pas les compter (sauf si je me mets sur le côté et que je compte lentement !). Conclusion ? Et bien, je tends la main, la personne met plein de pièces dedans, par réflexe je regarde (ouhlala il y en a beaucoup ! A ce moment la personne en face croit que je compte…mais non mais shhhhhh). Et je mets le tout dans mon porte-monnaie !

On s’en sort avec de la méthode…et de l’humour !

A mon époque, la dyscalculie n’était pas connue. On me pensait très étourdie, inattentive peu appliquée bref c’était pas fun tous les jours.

J’ai commencé à être bonne en math à partir de la 3ème, quand on a commencé à me donner des méthodes de calcul. Je suis d’ailleurs incapable de faire certains problème de primaire voire de collège. En revanche les maths du lycée me posent peu de soucis. J’ai aussi mis en place des stratégies de couleurs pour m’y retrouver.

Dans la vie de tous les jours, hormis le fait que je peux me faire arnaquer facilement, je peux aussi vous donner des faux numéros de téléphone, arriver avec des courses pour 8 personnes au lieu de 4 et me retrouver avec 32 crèmes desserts au lieu de 8 ! Et ne me faites pas taper l’addition au restaurant sur une calculatrice non plus, sinon vous n’êtes pas prêt de rentrer chez vous !

C’est à se demander pourquoi je suis allée passer un BAC puis un BTS électronique ! J’ai logiquement quitté par la suite ce secteur d’activité.

Pour finir sur une note d’espoir, sachez qu’en Master Ressources Humaines, j’ai fini avec un 20/20 dans une matière  à 100% avec des calculs ! Une grande fierté ! Rien n’est écrit, tout se construit ! Belle journée !

 

À propos de l’auteur

auretourdelecole administrator