Qui connait les injonctions paradoxales au moment des devoirs ?

Parauretourdelecole

Qui connait les injonctions paradoxales au moment des devoirs ?

Ce terme vient de l’école de Palo Alto, et plus précisément de mon ami Watzlawick ! Une injonction paradoxale est une injonction qu’on a du mal à suivre parce qu’on nous dit tout et son contraire en même temps. La phrase « Soyez spontané ! » est un parfait exemple. Je demande aux personnes d’être spontanées alors que le simple fait de leur demander de l’être fait qu’elles ne peuvent plus l’être (alors là, 2 secondes, je relis ta phrase, Caro !). J’en parle beaucoup dans mes formations en management. Mais quel est le lien avec les devoirs ? Et bien souvent on demande à nos enfants de faire quelque chose alors que nous faisons tout le contraire. Ah bon? Et oui !!! Suivez-moi !

« Sois persévérant ! » (mais observe que je ne le suis pas moi-même !)

Qui a déjà dit une phrase du style « il faut que tu sois régulier dans ton travail, sinon tu n’y arriveras pas ! « . Vous avez raison. J’ai étudié la persévérance pendant 5 ans lors de mon doctorat et la régularité est une clé. Mais voilà le hic. Je demande à mon enfant d’être régulier et en même temps :

  • je ne vais pas à mes cours de gym
  • je ne tiens pas mon régime
  • je fume toujours
  • ma maison est en bazar
  • je ne prends pas de temps pour moi

Oh ho !!!! Tout lien avec les bonnes résolutions de début d’année ou de rentrée n’est pas fortuit !

Injonction paradoxale 1 : je te demande d’être persévérant lors des devoirs mais je t’envoie le message que tu n’es pas obligé de l’être
« Prends ton temps » (alors que je m’active comme une abeille frénétique juste à côté !)

Autre phrase courante que vous avez peut-être prononcée vous aussi : « non mais prends le temps de bien faire dès le départ, applique-toi ! ». Là encore très bon conseil. Le cerveau est fait pour faire une seule chose à la fois, autant prendre le temps de bien la faire. Mais alors que notre enfant fait ses devoirs avec le mot d’ordre de prendre son temps, nous voilà en train de papillonner autour de lui en menant 4 activités en même temps : plier le linge en discutant au téléphone tout en surveillant la cuisson du repas et en regardant d’un œil distrait les devoirs !

injonction paradoxale 2 : je te demande de prendre ton temps lorsque tu fais tes devoirs alors que je suis moi-même hyper active
« Fais de ton mieux » (alors que je brigue le trophée du parent parfait !)

Allez une dernière phrase : « je veux juste que tu fasses de ton mieux » ! Faire de son mieux est un très bon conseil. Mais alors, pourquoi vouloir que ses devoirs soient parfaits ? Pourquoi avoir du mal quand il ne travaille pas comme je le souhaite moi ? Et pourquoi lui montrer l’exemple de sa mère, dans son costume de Wonder Woman (ou son père dans celui de Super Man ça marche aussi !), voulant être une maman parfaite, une épouse parfaite, une working-girl parfaite ?

J’ai réalisé que j’étais perfectionniste un jour où j’ai fait des crêpes. Voici un test inventé par mes soins, que je vous propose ! Si comme moi, il vous est impossible de cuire une crêpe qui n’est pas parfaitement ronde, et que vous ajoutez de la pâte pour combler quelques trous, c’est qu’au fond de vous,  le désir de la perfection rôde. Et faites-y très attention, car vouloir être parfait mène souvent à l’épuisement.

injonction paradoxale 3 : je te demande de ne pas être parfait dans ton travail scolaire alors que je vise cette perfection dans ma vie
Conclusion

Nous donnons parfois des injonctions paradoxales au moment des devoirs. Le fameux « fais ce que je dis mais pas ce que je fais » met une certaine forme de pression à nos enfants lors du travail scolaire. L’objectif n’est pas de se culpabiliser mais de se responsabiliser. On ne peut pas changer du jour au lendemain,en prendre conscience c’est déjà bien.  Belle semaine !

 

À propos de l’auteur

auretourdelecole administrator

Laisser un commentaire