Qui joue à la chasse aux trésors au moment des devoirs ?

Parauretourdelecole

Qui joue à la chasse aux trésors au moment des devoirs ?

C’est moi !!! Enfin moins depuis que j’ai trouvé une solution avec l’école primaire et que mon plus grand est au collège. Les affaires sont à la maison, et les devoirs sont sur Pronote. Mais je ne suis pas à l’abri de documents perdus pour autant…J’ai quand même réussi à alléger ma routine pré-devoirs et économiser quelques MMS. Je vous invite à plonger au coeur de mes débuts de soirées, dans lesquels la notion de « charge mentale » prend tout son sens. Accrochez-vous !

30 minutes pour rassembler les devoirs

C’était devenu ma routine du soir. Comme toute routine, on y fait attention au début et ensuite on se laisse embarquer dans le quotidien. On applique des automatismes dont on n’a plus conscience, que ce soit bénéfique ou pas, que les enfants aient grandi ou non. Ca marchait bien au début alors, pourquoi arrêter ?!

Etape 1 : trouver l’agenda

Trouver un agenda dans un cartable qui recèle mille et un trésors mais point d’affaires scolaires prédit un début de soirée épique. Premier MMS envoyé à la maman de Gertrude pour récupérer la liste des devoirs.

Variante : j’ai l’agenda, mais impossible de décrypter l’écriture (Dysgraphie oblige). Parfois il y a une numéro d’exercice mais pas de pages ! « Tu as vu maman, j’ai tout écrit cette fois » !!! Mmmm…oui….je vois ça…(Concentre-toi Caro et reste positive). Je n’arrive pas bien à lire ce soir et toi ? Moi non plus ! Et bien on va demander à la maman de Gertrude de nous envoyer une photo ! (Oui c’est plus trop un prénom à la mode je sais).

Etape 2 : centraliser les affaires

Ah tiens, il manque des cahiers ou des livres. J’envoie un autre MMS à la maman de Gertrude. Et à d’autres, pour éviter l’attente. Parce-que parfois Gertrude est à la danse et le cartable à la maison…Et je ne m’en souviens jamais ! J’attends…j’attends…et je capte qu’on est mardi, et le mardi c’est le jour de danse de Gertrude !!!

Variante : un peu comme tout à l’heure. J’ai des cahiers avec des symboles et parfois des mots au milieu. L’écriture c’est important, mais la leçon en photocopie aurait été appréciée. Bref Gertrude écrit mieux c’est déjà ça !

Etape 3 : se débrouiller comme on peut

J’ai le choix entre imprimer les photos reçues (le mouvement « zéro déchets » n’est pas possible chez nous), décrypter les cahiers (parce-que bon tous ces arbres coupés quand mêmes) ou aller chercher les leçons sur Internet…puis les imprimer (hum hum).

Etape 4 : Youpi début de la séance !

Si entre temps, personne n’a perdu sa motivation bien sûr ! Quand je suis en forme ça va je gère. Mais la répétition quand je suis fatiguée, fait que le découragement s’installe. Oh pas au début, non. Au début on s’accroche. C’est mon rôle de mère, non ? Après je me suis épuisée, sentie seule, parce-ce que ce travail là c’est pour 2 enfants ! Alors, après un bon ras-le-bol, je me suis décidée à trouver une solution. « Les enfants, ce n’est plus possible, je ne peux plus faire ça tous les soirs, qui a des idées? ». Papier, stylo, un enfant de chaque côté et nous voilà parti dans un brainstorming endiablé.

Solution N°1 : demande d’autorisation à l’école pour faire le point devant le portail de la garderie et aller chercher les affaires manquantes dans la classe

J’ai demandé cette autorisation suite au PAP. Parce-que pendant longtemps, je ne savais pas que mes enfants étaient DYS. Je pensais qu’ils étaient dans la lune et qu’ils écrivaient aussi mal que moi. Alors qu’en fait quand la maitresse disait  » Mettez le cahier bleu, puis le vert, puis le fichier de math » mes enfants entendaient cahier bleu, le mettaient dans le cartable…et n’entendez pas la suite. Concept de la double tâche cognitive = incapacité à faire 2 tâches non automatisées en même temps.

On a appliqué cette solution pendant bien une année. Au début je me suis sentie soulagée. J’arrivais à la maison avec tout ce qu’il fallait pour travailler, un exploit. Et puis après…ras-le-bol ! Marre tous les soirs de vérifier les cartables, de m’excuser auprès de la femme de ménage pour aller chercher les affaires manquantes. Une routine en a remplacé une autre. Je n’ai pas vu non plus que mes enfants avaient grandi. Donc re-discussion « les enfants ce n’est plus possible, je ne peux plus faire ça tous les soirs, qui a des idées? ». Papier, stylo, un enfant de chaque côté et nous voilà parti dans un brainstorming endiablé…encore une fois.

Solution évolutive : place à la responsabilisation

J’avoue que je me suis un peu laissée piéger. Parce-que si jevérifie les cartables et que je peux aller chercher les affaires manquantes, pourquoi mes enfants chercheraient à faire différemment ? Et si les enfants avaient des difficultés l’année dernière, quid de cette année ?

Après discussion avec les enseignants, nous avons mis en place une sorte de contrat tri-partite (comme dans mes accompagnements individuels de managers en burn-out. Si ça marche pour le travail, ça doit marcher pour la maison !).

  • Les enseignants devaient être vigilants quant à la double tâche cognitive
  • Les enfants devaient vérifier à la garderie qu’ils n’avaient rien oublié
  • Je ne devais envoyer des MMS que pour des questions d’écriture. Sinon ils assumaient les conséquences de leurs oublis. Tout travail non fait été rattrapé par la suite.

Nous adoptons toujours ce processus avec ma fille et ça marche très bien pour le moment.

Conclusion

Il y a toujours moyen de faire différemment. Les méthodes qui marchent à un instant T deviennent inefficaces dans la durée car chacun évolue.Lever la tête du guidon et y réfléchir permet de se sortir d’une spirale dans laquelle nous nous sentons piégé. Ainsi chez nous, la pression juste avant les devoirs a été fortement diminuée.

Mes solutions ne sont pas les vôtres car chaque famille est particulière. Mais quand vous sentez que vous vous épuisez, que vous en avez marre de toujours faire la même chose, posez-vous et cherchez à faire différemment, quitte à demander de l’aide autour de vous. Alors, que pourriez-vous faire pour moins vous épuiser avant la séance des devoirs ?

À propos de l’auteur

auretourdelecole administrator

Laisser un commentaire